lundi 18 mai 2009

Calvaire (suite)


Photo riverain: interdiction de stationner

Le Calvaire des riverains (suite)


Photo prise par les riverains. Juste après le "nettoyage"...

Arbres en détresse dans le quartier Zac Océan




Photos prises par des riverains. Sans commentaires.

dimanche 17 mai 2009

ZAC OCEAN : LE CALVAIRE DES RIVERAINS





Depuis plusieurs années, les riverains, d’abord sous l’ère Victoria et maintenant depuis 14 mois sous le mandat de Gilbert Annette, vivent un véritable cauchemar. Murs lépreux, immeubles abandonnés, terrains vagues, habitations délabrées, vastes espaces poussiéreux par temps sec, boueux lorsqu’il pleut, zones envahies de hautes herbes, saletés, dépôts sauvages, détritus partout, égouts fétides, rats, nuisances olfactives, les murs étant transformés en urinoirs, sonores avec des voitures qui stationnent n’importe où, mais aussi avec des manèges, des attractions populaires et de plus en plus de délinquance avec son lot de trafics et d’agressions, voilà ce que connaissent les habitants notamment rue des Limites et rue de l’Est.
Depuis des années les riverains écrivent aux maires successifs mais rien n’y fait. Dernièrement la mairie a envoyé des équipes pour « nettoyer » un des espaces « libérés » par les destructions et envahis par la végétation et les ordures. Hélas, les agents de la Ville ont passé des engins, ont arrachés les plants de brèdes mourongues et les papayers dont se servaient les habitants du quartier pour faire la cuisine mais ils se sont contentés de retourner la terre sans la dépolluer, la retourner telle quelle avec les débris de verres, de plastic et les divers déchets.
J’ai rencontré certains de ces riverains et décidé de leur venir en aide car, je l’ai déjà écrit (ici), ce quartier déshérité risque de rester pendant plusieurs années dans cet état, les prochaines élections municipales n'ayant pas lieu avant cinq ans.



dimanche 22 mars 2009

Debout dans la lumière (Alain Lorraine)








Mon vie la toujours été noir

Mon peau la toujours été noir

Mais mi veux mort dans mon case

Gros blanc la venu ce matin

La di à moin quitt’ son terrain

La di à moin prend mon chemin

La crie à moin fait mon paquet

Mon vie la toujours été noir

Mais ma mort dan mon case

Grand blanc zordi y dit ça

Mais lu la du oublié

Quand sous gros soleil mi travaillais

Quand sous gros chagrin mi charroyais

Pour donne la graisse son gros ventre

Mon vie la toujours été noir

Mais ma mort dans mon case

Gros blanc la fait ventard

La traite à moin bâtard

La traite à moin z’esclave

La brûle dehors mon case

La tire gendarme dans jeep

Mon peau la toujours été noir

Ma vie la toujours été noir

Mais ma mort dans mon case

Na point si longtemps

Gros blanc la pêche mon manman

Gros blanc la pêche mon papa

Un corde dan’cou zoiseau

Dan’ grand ravine l’Afrique

Coméla mi fin’ vie’

Mon tête y commence tourné

Ame purgatoire y tombe dans la mer

Mon âme y monte dans les airs

Gran’ condamné la chappé

Simandef y rode pas loin

Créole lé malheureux

Chien gendarme y commence aboyer.

Mi fini être vieux

Mais mi jure à té mon enfant

Ce soir ma lève debout

Ma lève debout dans la lumière

Ma lève debout sous la colère

Mon vie la toujours été noir

Mon peau la toujours été noir

Mais ma vive dans mon case.

samedi 14 mars 2009

COSPAR


























Le Cospar m'a tellement occupé que j'ai interrompu ce blog un mois exactement. Il reprend ce jour, je vais essayer de combler le retard accumulé. Deux photos d'actions coup de poings.

samedi 14 février 2009

Eric « Magamootoutou »? A la niche (fiscale) !

Eric Magamootoo prétend faire la leçon aux syndicats de salariés : apprenant la mise en place d’un collectif intersyndical et politique contre la vie chère, à l’instar de ce qui se passe aux Antilles, le Président de la Chambre de Commerce se répand dans les médias pour dénoncer cette initiative : "ce n’est pas dans la rue que l’on règle les problèmes". C’est pourtant le même Magamootoo qui paradait avec le gratin du patronat local devant la Préfecture en octobre dernier pour exiger le maintien de la défiscalisation et pour rejeter les conclusions des rapports officiels qui assimilent certains dispositifs de défiscalisation outremer à des « niches fiscales ». Ce qui vaut désormais au Président de la CCIR, le surnom moqueur de « Magamootoutou ». La photo des ces étranges manifestants parue dans la presse a au moins eu un mérite, elle a fait rire toute La Réunion, et effectivement voir MM. Magamootoo, Caillé et Cérisola s’époumoner à crier « Tous ensemble ! Tous ensemble ! », était un spectacle plutôt comique.
Mais le fait que M. Magamootoo soit le Président de la CCIR ne l’autorise pas à se faire le porte voix officieux du patronat et notamment du MEDEF.....sauf à vouloir à tout prix mériter son surnom.

samedi 7 février 2009

Magamootoo sur Radio Festival : j'y ai rien compris!


Interview vendredi matin (6 février) de Eric Magamootoo sur Radio Festival. Le journaliste, un Jean-Pierre Germain en grande forme, veut connaître l'avis du Président de la CCIR sur les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy la veille. J'ai eu beau écouté attentivement la réponse du Président de la Chambre Consulaire, je n'ai rien compris : c'était un pur chef d'oeuvre de langue de bois où tout le talent du personnage consistait à parler pour surtout ne rien dire! Notamment lorsque Jean-Pierre Germain lui demandait ce qu'il pensait de la suppression de la taxe profesionnelle, Magamootoo se perdait dans une suite de phrases dépourvues de signification. En gros, on comprenait quand même qu'il approuvait les mesures annoncées par le Président de la République mais avec ce curieux sentiment que, soit il n'avait pas réellement suivi l'interview du Président, soit il n'en avait pas retenu grand chose. Car il est surprenant que sur la supression de la TP par exemple, il n'ait rien trouvé à dire dans la mesure où celle-ci permet le financment de la Chambre dont il est le Président...Selon Bercy, les chambres consulaires récupèrent 1 milliard d'euros et les collectivités 22 milliards d'euros. C'est d'ailleurs pourquoi Jacques Pelissard, maire UMP de Lons-le-Saunier et président de l'Association des maires de France a réagi rapidement : "Il est impératif de trouver une recette de substitution qui respecte notre autonomie fiscale". Interrogé sur d'éventuelles compensations, le président de la République avait évoqué "des possibilités autour de la taxe carbone". "Insuffisant, répond Jacques Pelissard. On ne trouvera pas un substitut sans une réforme d'ensemble et le maintien d'un lien fiscal avec le territoire." Voir Le Monde
Et bien, le Président de la CCIR, lui, il est satisfait, il ne pose pas la question de savoir comment son institution va faire si elle perd cette manne financière.
Alors, une ou deux questions se posent : le Président Magamootoo avait-il réellement écouté l'interview du Président de la République? Si, oui, avait-il tout compris?

vendredi 16 janvier 2009

Retour




Me voilà revenu de mes pérégrinations malaises, ma mission achevée. Je vais donc reprendre l'écriture de ce blog consacré notamment à Saint-Denis.